Vous êtes ici

L'absence de réponse du gouvernement au mouvement des sacrifiés est inacceptable

20 décembre 2013 Communiqué

Une délégation conduite par le président de l’UPA, Jean-Pierre Crouzet, a été reçue le 19 décembre à Matignon et a symboliquement remis les 700 000 premières signatures de la pétition du mouvement des « sacrifiés ».

La délégation est sortie particulièrement déçue du rendez-vous qui s’est déroulé en présence du directeur de cabinet de Jean-Marc Ayrault. Celui-ci a réaffirmé que deux grandes revendications de l’UPA, la réforme de la fiscalité des entreprises et un nouveau mode de financement de la protection sociale en vue de baisser le coût du travail, seraient examinées en 2014 pour aboutir à des mesures étalées de 2015 à 2017.

En revanche, aucune réponse concrète n’a été apportée aux demandes immédiates de l’UPA, à savoir une baisse des prélèvements sur les travailleurs indépendants dès 2014 et le rétablissement des aides aux employeurs d’apprentis supprimées en 2013.

Le président de l’UPA a réagi en déclarant :

« l’absence de réponse du gouvernement face au mouvement des sacrifiés apparaît comme de la violence passive. J’invite nos gouvernants à prendre leurs responsabilités et à mesurer le sentiment d’injustice et d’exaspération des artisans, commerçants et travailleurs indépendants. Ne pas reconnaître ce mouvement et rejeter les revendications de l’UPA risque de générer à terme de la violence physique ».

Jean-Pierre Crouzet a annoncé la poursuite du mouvement dès le mois de janvier. Parmi les actions à venir, l’UPA et les UPA départementales interpelleront tous les élus, particulièrement les candidats aux prochaines élections municipales, afin qu’ils prennent position par rapport aux demandes de l’UPA. Rappelons qu’actuellement, ce ne sont pas moins de six entreprises de proximité qui meurent toutes les heures, soit 144 par jour et 52 560 par an (source Banque de France).

Le président de l’UPA, Jean-Pierre Crouzet, a ajouté :

« Le pays doit décider s’il est prêt à tirer un trait sur l’économie de proximité et sur les millions d’emplois induits. Voulons-nous une société standardisée, où la qualité de vie ne serait plus qu’un souvenir ? Les sacrifiés et de plus en plus de Français avec eux disent non et ne se résignent pas. Il faudra que le gouvernement l’entende. »

A propos des "sacrifiés"

Le mouvement des « sacrifiés » a été lancé par l’UPA le 13 novembre 2013. Il dénonce l’accumulation de charges sociales et fiscales qui pèsent sur les 1 300 000 entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité. Pour signer la pétition, rendez-vous sur www.sauvonslaproximite.com

Télécharger le communiqué :

Contacts presse :

Jean-Côme Delerue - Tél : 01.47.63.31.31 - 06.77.64.40.78 - jcdelerue@upa.fr
Philippe Garrachon - Tél : 01.47.63.31.31 - 06.73.19.57.64 - pgarrachon@upa.fr