Vous êtes ici

Emploi - Travail

Déclaration du Président de la République sur les partenaires sociaux

22 février 2019 Communiqué
A la suite des déclarations d’Emmanuel Macron disqualifiant les partenaires sociaux au prétexte qu’il n’ont pas trouvé d’accord sur l’assurance-chômage, l’U2P rappelle trois choses.

Rétablir  la confiance plutôt que stigmatiser

A la suite des déclarations d’Emmanuel Macron disqualifiant les partenaires sociaux au prétexte qu’il n’ont pas trouvé d’accord sur l’assurance-chômage, l’U2P rappelle trois choses.

Tout au long de la négociation sur l’avenir de l’assurance-chômage les représentants de l’U2P ont maintenu une attitude constructive et jusqu’à la fin ont souhaité aboutir à un accord. En revanche, ils ont dès l’origine mis en garde le gouvernement sur le caractère particulièrement contraignant de la lettre de cadrage. Imposer au départ le point d’arrivée de la négociation revient à nier l’intérêt même de cette négociation et l’utilité des partenaires sociaux. Il ne faut pas s’étonner dès lors qu’ils ne parviennent pas à un accord.

Par ailleurs, l’U2P rappelle que les partenaires sociaux oeuvrent au quotidien pour l’intérêt général. Cette négociation ne doit pas cacher les nombreux accords et compromis sociaux qui jalonnent la vie du pays.  Combien d’accords de branches, combien d’accords d’entreprises, qui permettent quotidiennement d’améliorer à la fois la vie des salariés et la situation de l’entreprise ? Assurance-vieillesse, assurance maladie, assurance-chômage : qui a contribué à garantir un haut niveau de protection sociale aux Français si ce n’est les partenaires sociaux ? Mettre à mal un tel édifice et remettre en cause la démocratie sociale au détour d’une déclaration hâtive est dangereux. A fortiori à un moment où le pays est traversé par de nombreuses incompréhensions.  

Ainsi l’U2P refuse de jeter le bébé avec l’eau du bain et souhaite que les représentants de l’Etat cessent de stigmatiser les partenaires sociaux et travaillent véritablement en confiance avec eux, de façon constructive, en n’oubliant pas de faire la pédagogie du changement. 

Le président de l’U2P Alain Griset a ajouté : « Les corps intermédiaires ont aussi pour mission de relayer auprès des pouvoirs publics les préoccupations du terrain. Ainsi, au cours de 42 débats organisés par l’U2P dans les territoires, les chefs d’entreprise de proximité ont exprimé beaucoup de frustrations. J’invite le Président de la République à venir les entendre le 7 mars prochain lors de la restitution de ces débats afin qu’il touche de près la réalité des artisans, des commerçants et des professionnels libéraux, qui se sentent marginalisés par le système actuel alors qu’ils rassemblent les deux tiers des entreprises françaises. »

Actualités