Vous êtes ici

Économie - Environnement

Conjoncture : des mesures immédiates s'imposent dans l'artisanat et le commerce de proximité

30 janvier 2014 Communiqué

Alors que l’économie française reprend timidement des couleurs, les entreprises de proximité continuent de subir des baisses d’activité. Leur chiffre d’affaires a ainsi régressé de plus d’un point au 4ème trimestre 2013 par rapport à la même période en 2012.

En tendance annuelle, on pourra néanmoins remarquer un ralentissement de la dégradation passant de -3% au 2ème trimestre, à -2% au 3ème trimestre, et -1,5% à la fin 2013.

Par ailleurs, l’horizon s’éclaircit concernant les problèmes de trésorerie. Ainsi, un cinquième (21%) des chefs d’entreprise de l’artisanat et du commerce de proximité contre un tiers (34%) lors de l’étude précédente, constatent une détérioration de leur trésorerie.

Les hôtels-cafés-restaurants accusent de nouveau le repli d’activité le plus marqué (-3%). Le recul atteint -2% pour les secteurs des services et de la fabrication et -1% pour les travaux publics. Les entreprises du bâtiment et de l’alimentation affichent la baisse la plus limitée avec -0,5% chacun.

Alors que les entreprises de 10 salariés et plus sortent de la récession (0%), les artisans et commerçants de proximité ne comptant aucun salarié indiquent que non seulement leurs difficultés perdurent mais qu’elles progressent à nouveau, avec un recul de chiffre d’affaires de 5% en fin d’année contre -3,5% au trimestre précédent.

Beaucoup de ces chefs d’entreprise ont le statut de travailleur indépendant et ont subi une double peine : la hausse de la fiscalité des entreprises (CFE…) et l’augmentation des prélèvements sur les personnes physiques (impôt sur le revenu et cotisations sociales). De surcroît, ils ne sont pas éligibles au Crédit d’impôt compétitivité emploi -CICE.

C’est cette accumulation de nouvelles charges que l’UPA a dénoncé en lançant le mouvement des « sacrifiés ». Les faits confirment malheureusement la prédiction de l’UPA : plus de 60.000 entreprises disparaissent en rythme annuel.

C’est pourquoi, sans attendre la mise en œuvre du pacte de responsabilité, l’UPA demande au gouvernement de baisser dès 2014 le coût du travail pour les entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité.

* Enquête réalisée à la demande de l’UPA par l’Institut I+C dans la première quinzaine du mois de janvier 2014 auprès d’un échantillon représentatif de 4700 entreprises de proximité.

 

Télécharger le communiqué :

Contacts presse :

Jean-Côme Delerue - Tél : 01.47.63.31.31 - 06.77.64.40.78 - jcdelerue@upa.fr
Philippe Garrachon - Tél : 01.47.63.31.31 - 06.73.19.57.64 - pgarrachon@upa.fr

Actualités